Assainissement du marché de l’œuf début 2022

1 octobre 2021 - Emeline Vienot

En France, la production d’œufs est restée dynamique sur le premier semestre 2021 (+4 %/2020 selon les estimations du ministère) tandis que les achats des ménages en GMS ont reculé de 10 % par rapport à 2020 (période P8).

« Pour la première fois depuis quelques années, le solde commercial de la filière française est positif en ce qui concerne les œufs coquille ! », souligne François Cadudal, directeur du pôle Économie de l’Itavi. Les disponibilités, bien qu’élevées, restent quant à elles quasi équivalentes à 2020 (-0,3 %).

« Après une année 2020 exceptionnelle où la demande en œufs a explosé en GMS, notamment lors du premier confinement, le ralentissement des ventes à partir de mai 2021 n’a pas été complètement anticipé », constate-t-il. L’offre en œufs coquille est en effet restée abondante dans l’Hexagone, mais « elle va baisser fortement fin 2021-début 2022, les mises en place ayant reculé de 10 % sur les neuf premiers mois de l’année 2021 par rapport à la même période en 2020. On devrait commencer à voir un début de fléchissement de la production sur novembre », annonce-t-il.

La production d’œufs bio a notamment connu un fort ralentissement en début d’année dans l’Hexagone afin de rééquilibrer le marché devenu excédentaire, avec des réformes anticipées et des conversions d’élevages vers le plein air.

Les exportations françaises d’œufs coquille et d’ovoproduits sont en hausse sur le premier semestre 2021 (respectivement +56,5 % et +11,3 %) alors que les importations baissent de respectivement -21,8 % et -4,4 %.

Source : Itavi
Abonnement Filières Avicoles

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois