L’Anvol salue les avancées sur l’étiquetage d’origine

16 septembre 2019 - Filières Avicoles

L'Association nationale interprofessionnelle de la volaille de chair (Anvol) salue les avancées en matière d’étiquetage d’origine sur les viandes de volailles. Mais l’interprofession souhaite désormais que ces mesures soient étendues aux plats préparés et surtout que le Brexit et un éventuel Mercosur ne viennent pas encourager davantage des importations toujours en hausse.

En 2018, les Français en ont consommé près de 1,8 million de tonnes, en croissance de près +1 % vs 2017. Une augmentation qui ne bénéficie pas qu’à la filière française puisque 45 % des poulets sont importés.

Si l'Anvol salue l'initiative du gouvernement français d'afficher l'origine des viandes servies en RHD elle demande au gouvernement d’étendre la mesure à toutes les occasions de consommation, y compris sur les plats préparés, où 60% du poulet est importé. 

D'autre part, la filière salue l'annonce du Président de la République française de ne pas ratifier l'accord UE / Mercosur et souhaite une confirmation de cette décision. « Si ces importations sont moins chères, elles sont également soumises à des règles et contrôles beaucoup moins stricts tant en matière de bien-être animal que d'exigences sanitaires et sociales. », dénonce l’Interprofession.

 L’Anvol rappelle par ailleurs qu’au 1er semestre 2019, « alors que la consommation de poulet augmentait de +2,4 % en France par rapport au 1er semestre 2018, les importations progressaient de +4,7 % tandis que la production française diminuait de -3,6 %. » 

« Un « Hard Brexit » représenterait une hausse potentielle des importations sur le marché européen de + 370 000 tonnes de viande de volaille, du fait de la répartition des contingents des OMC entre l'Europe à 27 et le Royaume Uni. De plus, selon les droits de douanes qui seraient appliqués entre le Royaume Uni et l'Union Européenne à 27, les volumes de 657 000 tonnes, historiquement exportés vers le Royaume Uni, pourraient être très fortement revus à la baisse. »

Une pétition "EatsOriginal" mise en place par de nombreux acteurs des filières agricoles est proposée à la Commission Européenne afin de rendre l’étiquetage d'origine obligatoire sur tous les produits alimentaires. L'objectif d' un million de signataires est à atteindre avant fin septembre.

Le message est clair, les signataires demandent à la Commission Européenne de rendre la mention de l'origine obligatoire pour tous les produits alimentaires afin de :

  • Protéger notre santé, la falsification, la contrefaçon le mauvais étiquetage délibéré est un danger pour notre santé. Un étiquetage clair éviterait les scandales alimentaires qui menacent la santé publique,
  • Éviter la fraude alimentaire, chaque année en Europe la fraude alimentaire entrainerait des dégâts estimés à 12 milliards d'euros,
  • Garantir le droit à l'information des consommateurs, pour faire des choix éclairés, les consommateurs doivent savoir où les produits sont récoltés, produits et transformés, et connaître l'origine des ingrédients.

Rendez-vous sur le site https://www.eatoriginal.eu/ pour signer la pétition!

Filières Avicoles - Formules d'abonnement

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois