N°795 - Mars 2016

A LA UNE - Événement Quatre mois sans production de foie gras… Rencontre Aviculture rurale en Europe : un secteur d’au moins 2 milliards d’euros. Vie des entreprises KFC : des nuggets de poulet (un peu) plus français. Feu vert pour le rachat de Doux par Terrena. Duc : un projet de filialisation de l’activité dinde. L'américain CTB achète Serupa et Mafrel.ECONOMIE - International La volaille brésilienne fait recette. Entreprise Foie gras : saison festive réussie pour les deux leaders. Gestion Assurance vie : Ficovie entre en vigueur.FILIERES - Palmipèdes gras Euralis : les éleveurs passent en bande unique. Volailles de chair Le poulet standard s’alourdit à la Ciab. Univol : même tonnage qu’en 2010 mais un panel de productions.TECHNIQUE - Visite d’élevage Des bâtiments clé en main. Ventilation Les niveaux de ventilation minimum ont évolué. Management Comment réussir un lot de pondeuses en volière. Les brèves Une citerne de stockage pensée pour l'agriculture. Un nouveau vaccin contre la coccidiose.EmelineL'EDITO - Paradoxal…Les agriculteurs ont multiplié les actions et manifestations au cours des dernières semaines afin de faire entendre aux pouvoirs publics leurs différentes revendications. En tête de liste de ces revendications : un niveau de charges sociales pour les agriculteurs comparable à celui des autres pays européens voisins, la levée des freins réglementaires qui pénalisent la compétitivité, l’étiquetage sur l’origine des produits carnés transformés, des prix de vente qui leur permettent de vivre dignement de leur production.Des réponses ont été obtenues : baisse de charges sociales de sept points, immédiate et pour tous les agriculteurs, année blanche sociale pour tous les agriculteurs qui auront dégagé un très faible revenu en 2015, avec à venir des mesures complémentaires de rééquilibrage des relations commerciales, et l’annonce de la mise en place d’un étiquetage sur l’origine à l’échelle nationale si l’Europe devait abandonner l’idée.Pour autant, les actions se sont poursuivies dans les jours suivants, preuves de l’ampleur de la colère et du désarroi du monde agricole face au carcan administratif et réglementaire et à la politique des prix bas.Mais si le malaise grandit dans les campagnes, en revanche, le nombre d’étudiants en BTS agricoles va croissant, ce qui peut paraître de prime abord paradoxal. Le fait est que les candidats viennent aujourd’hui de tous horizons, alors qu’autrefois, ils étaient majoritairement issus du milieu agricole. Comme quoi l’agriculture française a de l’avenir !D’ailleurs Christian Pèes, président du think-tank Momagri, s’inscrit en faux contre les thèses déclinistes sur l’agriculture française, qui ressortent du rapport du Conseil d’Analyse Economique « L’Agriculture française à l’heure des choix ». Selon lui, « il ne s’agit pas de nier que les agriculteurs français font face à de graves difficultés économiques, et ce toutes productions confondues. Et s’il est juste que l’heure des choix a sonné, c’est d’abord pour nos responsables politiques français et européens qui semblent avoir oublié que la production agricole et alimentaire est un élément constitutif de notre sécurité nationale ».

Emeline Vienot, rédactrice en chef.

Filières Avicoles - Formules d'abonnement

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois