Les pénuries de matières premières font exploser les coûts de construction des bâtiments d’élevage

28 mai 2021 - Filières Avicoles

+50% sur l’acier, +40% sur l’isolant polyuréthane, +25% sur la tôle, +25% sur le bois… La conjoncture actuelle et l’indisponibilité croissante de certains matériaux de construction et d’équipement font exploser les prix des bâtiments d’élevage (+ 8 à 15 % selon l’association Elinove).

Les professionnels de la construction des bâtiments d’élevage alertent sur la hausse des prix des matières premières et leurs conséquences sur les filières d’élevage. Une situation issue de la crise sanitaire, qui interroge à plus long terme sur la souveraineté en matière de construction.

Une inflation engendrée par des pénuries

L’arrêt d’une partie des hauts-fourneaux européens lors du premier confinement au printemps 2020 et la décision des producteurs de ne pas rallumer ces outils de production en septembre, lorsque la demande a repris progressivement, ont mis à mal une partie de la production d’acier sur le territoire. L’envolée de la demande en fin d’année 2020, combinée au manque d’offre (le leader chinois a également réduit sa production pour limiter ses émissions polluantes), a certes fait bondir les prix de l’acier, mais crée en plus des phénomènes de rareté et aujourd’hui de pénuries ponctuelles pour certaines matières.

Le bois d’œuvre connaît lui aussi une hausse des prix et une véritable pénurie s’annonce. Aux États-Unis : ils sont prêts à racheter le bois européen à prix d’or, du fait d’importants feux de forêt sur leur territoire, et de la mise en place de barrières douanières vis-à-vis du Canada. Les producteurs européens délaissent donc la demande du marché européen pour servir l’Amérique du Nord.

Le manque de disponibilité des matériaux rallonge leurs délais de livraison, auparavant quasi immédiats. Aujourd’hui, les délais sont annoncés à plusieurs mois, contre quelques semaines auparavant. Parfois, ils ne peuvent pas être confirmés à cause des pénuries ponctuelles.

Des chantiers ralentis et des entreprises en difficulté

En face d’une demande vigoureuse, en France comme dans le reste de l’Europe, la capacité à produire et à livrer dans des conditions optimales se voit totalement compromise.

Selon un tout dernier sondage effectué par Axema auprès de ses membres industriels, les risques liés à la situation des matières premières industrielles s’aggravent : 94 % des entreprises rencontrent des difficultés d’approvisionnement, 75 % d’entre elles sont confrontées à une pénurie d’approvisionnement avec par ordre d’importance : l’acier, les composants électroniques et hydrauliques. Enfin, 13 % estiment inéluctable l’arrêt temporaire de certaines chaines de production.

Par ailleurs, l’augmentation des coûts de production (matières premières industrielles, énergie, transport) place les industriels face au risque d’une baisse substantielle de leurs marges.

Les projections et les estimations laissent entrevoir de nouvelles hausses additionnelles pour les mois à venir. Les professionnels ne peuvent même plus garantir leur devis et tarifs au-delà de quelques semaines seulement.

Les entreprises de construction et les fabricants d’équipements ne peuvent pas absorber toutes ces hausses seuls et sont contraints de les répercuter sur les prix des bâtiments et des équipements. À l’arrivée, on estime le surcoût sur un bâtiment neuf entre +10 et +15 %. Pour la rénovation, le surcoût estimé oscille entre +8 et +15 %.

Dans une lettre ouverte, Elinnove, association sur le bâtiment d’élevage, interpelle le gouvernement et demande une nouvelle stratégie nationale pour rendre à la France son autonomie pour les matières premières.

Abonnement Filières Avicoles

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois